Une tit’ chanson su’ l’pommé

image_pdfEnregistrer en PDFimage_printImprimer

1

Le pommé c’és la confiture

Arrangée par lés gens d’cez nous

Ca naïcit un brin la figure

O ça oubaï comm’ dés sonnous

L’pommé et l’cite, ça va d’ensembe

C’és d’qua qui rend lés gens quiërus

Et bé sûr pour donnë des jambes

Y n’a cor ren tel que l’pur jus

2

Yn n’a qu’ont eu yeu monument

Dans l’mitan de la place publique

Deinme ! c’és qu’ça n’és point desriments

D’éte honoré d’la Rëpublique

Grâce au sien qu’a trouvé l’pommè

An peu dire qu’an a yu d’la chance

Et tout l’monde pëut yen sava grë

C’est un bon serviteur d’la France.

(après le 2° couplet, les 2 filles servent le café)

3

Les ramaoug’ries de not’jënesse

Ah cëtë d’qua bé conséquent :

Ben entendu yavë la présse

De bé des lieues assurément

Rez nous an n’manquë point d’couraïge

An s’en r’vënë au p’it matin

Tout juste d’heure d’faire son ouvraïge

Et ça qu’allë l’giabe et son train.

4

Un moment d’temps avant la guerre

Y n’të pu guiëre mangé d’pommè

C’és qu’a gënëration të fiëre

Fallu du colat, du cafè !

A ct’houre ren n’se perd pus sous l’zantes

An r’vient bé sûr à nos vingt ans

Pour le prouvé, chantons comm’trente

Les ramaoug’ries de not’ jeune temp.

REFRAIN

Chantons l’pommè, les réjouissances

Qu’an a conservé par cez nous

An s’ra pus quiërus pour la danse.

Avec unn’bolée d’un bon cite doux (bis)

Voici le texte de la chanson "Le pommè" écrite par Sermangnière (André Malassis) en 1942.
Michel
Responsable Commission histoire & Tradition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.