La Ramaougerie

La fabrication du pommé en automne donnait l’occasion de se réunir entre voisins. Mais aussi, faire la fête : chanter, boire, danser et favoriser les rencontres entre jeunes.

Jusqu’à la seconde guerre mondiale, la “Ramaougerie” permet les échanges lors de la cueillette des pommes, le pressage pour le jus de pomme, l’épluchage et la cuisson.

Mais qu’est-ce qu’une “Ramaougerie” ?

Ramaouger, en gallo, c’est remuer.

Le pommé, c’est 24 heures de cuisson. D’où le besoin de se “divertir”, de se relayer, afin de ne pas s’endormir.

Un peu d'Histoire ...

En 1967, l’Association du Coglais se crée sur le canton de St Brice-en-Coglès.

La commission culturelle de cette association, sous l’impulsion de Jacques Faucheux, futur maire de Fougères, décide d’organiser une fête traditionnelle avec un fil conducteur : une ramaougerie de pommé.

Celle-ci aura lieu en 1974 à St Marc-le-Blanc. Les suivantes seront à Tremblay, en 1975 et Bazouges-la-Pérouse, en 1978.

(phrases extraites du rapport d’étude : “Le pommé : vers une reconnaissance de la tradition” de Michel Leverrier, Diplômé d’Etudes Celtiques, Université Rennes 2).

De cette “jeune” tradition locale, est née l’Association Les Ramaougeries de Pommé. Afin, entre autre, de redonner au pommé, son caractère générateur de liens territoriaux et intergénérationnels.