À quand la galette saucisse au pommé ?

image_pdfEnregistrer en PDFimage_printImprimer

Ils sont tous tombés dans le pommé quand ils étaient petits. À Maen-Roch, l’association des Ramagoueries défend bec et ongles son pommé, qui n’est pas une confiture, plutôt un condiment…

Brigitte Finet, secrétaire-adjointe, Hubert Laizé, membre de l’association, et Joseph Pommereul, président d’honneur des Ramaougeries du pommé, devant une péle, contenant du pommé.

Ouest-FrancePublié le 10/09/2020 à 18h58

Madeleine Le Garff et Brigitte Finet-Pesselier, de l’association des Ramaougeries du pommé, à Maen-Roch, présidée par Bertrand Hériveau, ont animé le conseil d’administration du 31 août 2020, dans la salle de réunion de la Maison Neuve, à l’Auberge de Chauvigné.

La labellisation AOP et entrer dans le patrimoine immatériel de l’Unesco sont deux projets qui tiennent à cœur à l’association.

Les résultats d’une analyse sensorielle permettant de définir une petite dizaine de critères de sélection de ce trésor régional (non, ce n’est pas une confiture) vont aider à accélérer la commercialisation, jusque-là discrète, et motiver les cuisiniers traiteurs à le proposer à leur carte.

Soigner son étiquette

Pas mal d’événements se sont créés autour du pommé, comme la coupe du monde du raisiné, les Ramaougeries à Bazouges. Et l’association a bien l’intention de poursuivre dans cette voie. Elle voudrait démarcher les traiteurs, les restaurants, voire les marchands de galette saucisse – pourquoi pas proposer une version pommé à la place de la moutarde ?

Elle compte aussi soigner sa communication sur les pots, en particulier, avec la mention du goût (acidulé, doux, à tartiner, à cuisiner,…). Les membres de l’association souhaitent positionner plus clairement le pommé, face aux confitures et autres marmelades. Brigitte Finet-Pesselier, la secrétaire adjointe, a ainsi proposé à ce sujet le terme de « chutney ».

De leur côté, les agriculteurs seront sollicités pour planter des pommiers à partir de baguettes greffons provenant de pieds mère. Ils seront aidés par les Croqueurs de pomme, les Mordus de la pomme et le pôle fruitier de Bretagne.

Les membres des Ramaougeries du pommé prévoient, dans les semaines à venir, le ramassage et le pressage des pommes ; l’identification des variétés de pommiers, pour sélectionner les futurs greffons ; la mise en pot du pommé, avec a fabrication de nouvelles étiquettes plus parlantes et enfin la participation aux fêtes du pommé à Corps-Nuds, le week-end de la Toussaint et à l’Écomusée, à Fougères, le 10 octobre 2020.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.